USPP et les propos controversés

Aujourd’hui, je ressuscite Ceci n’est pas un blogue après plusieurs mois de pause, car j’avais envie de vous donner mon point de vue sur l’affaire d’Un souper presque parfait.

Pour ceux qui vivaient sur une autre planète depuis quelques jours, une candidate d’USPP a affirmé des propos controversés lors de l’émission prétendant que les handicapés n’ont pas leur place dans la société. S’en est suivie une vague de plaintes sur la page Facebook de l’émission. André Ducharme a défendu la décision de diffuser les propos de la participante en affirmant que de les cacher serait bien pire, et qu’il s’agissait du discours d’une participante majeure et vaccinée, et non des propos de l’émission. Depuis, la vague de plaintes a eu raison du montage. Le producteur et le diffuseur V ont annoncé que l’émission ne serait plus rediffusée tant que les propos n’avaient pas été retirés du montage.

Bon, pour ceux qui ne me connaissent pas personnellement et qui viennent de tomber sur ce texte, sachez que je suis moi-même handicapé de naissance. Par contre, ce n’est pas sur la stupidité des propos de la candidate que j’ai envie de m’étendre aujourd’hui. Il se trouve que je travaille en télé comme monteur et que j’ai eu moi aussi à me poser des centaines de fois LA question : « est-ce que je garde ça dans l’émission? »

Alors voilà. Je m’imagine facilement la situation où j’aurais pu me retrouver dans la salle de montage pour monter cette émission tout en étant confronté à des tels propos aussi blessants qu’ils puissent l’être personnellement. Et si cela avait été le cas, j’aurais dit à mon réalisateur : « je pense qu’on devrait couper ça du show ».

L’erreur dans toute cette histoire, c’est n’est pas d’avoir diffusé un propos controversé, mais d’avoir mal évalué le contexte pour le faire. Prenez exactement les mêmes phrases prononcées de la même manière, mais mettez-les dans la bouche d’un invité de Tout le monde en parle, ou encore dans un documentaire à RDI, et vous n’aurez pas cette vague de plaintes. En allumant leur télévision pour écouter USPP, les téléspectateurs n’avaient qu’une idée en tête : être divertis. Ils n’étaient pas prêts psychologiquement à être choqués en regardant une émission dont ce n’est pas le rôle de toute façon. En décidant de diffuser les propos de la candidate, l’émission s’est accidentellement appropriée un mandat qui n’est pas le sien, qui n’est pas ce qu’elle avait vendue comme « émotion » aux spectateurs. Alors voilà, je crois que c’est une erreur éditoriale d’abord et avant tout reliée au mandat de l’émission, et non directement liée aux propos de la candidate, même si ces derniers sont complètement stupides.

Est-ce qu’on devrait diffuser de tels propos à la télévision? Oui. Dans ce genre de contexte? Non. Et je n’appelle même pas ça de la censure. C’est simplement un choix éditorial de contenu qui doit s’appuyer sur le mandat de l’émission, comme cela se fait tous les jours dans toutes les salles de montage de la planète.

Je salue la décision du producteur et du diffuseur d’être revenu en arrière et de couper les propos de l’émission.