Mon plus beau souvenir des Nordiques

Vingt ans aujourd’hui que les Nordiques sont déménagés au Colorado. J’avais dix ans. J’ai tellement pleuré leur départ. Si le petit gars que j’étais à l’époque savait que je prends pour le Canadien aujourd’hui, il pleurerait tout autant et il essaierait probablement de me frapper. Mais, bon, il n’en serait pas capable étant donné que je suis rendu pas mal plus fort que lui…

Les Nordiques, c’était ma vie! Je me souviens d’avoir vu Jaromir Jagr (le même qui joue encore aujourd’hui) du fin fond des blancs du Colisée, d’avoir vu Joe Sakic déjouer Tom Barrasso lors de cette même partie, d’avoir assisté à un match pour ma fête au cours duquel Éric Lindros s’est fait lancer des suces de bébé, et je me souviens de mon premier match à vie contre les Sénateurs d’Ottawa et de la fameuse casquette des séries 93. J’étais en troisième année de primaire et j’avais même écrit un livre qui racontait la partie. Oui oui, rien de moins!

En 1995, quelques mois avant leur dernière élimination (suite à une mauvaise décision de l’arbitre Andy Van Hellemond d’après un jeu simulé d’une certaine recrue nommée Alex Kovalev), les Nordiques ont participé à une séance de signatures au centre commercial les Galeries de la Capitale. Du haut de mes dix ans, je m’y suis rendu avec ma mère.

La foule était monstrueuse. Un agent de sécurité nous a vus moi et ma mère et nous a ouvert le chemin jusqu’au cordon avant afin que je sois au premières loges lors de l’annonce de l’arrivée des joueurs. Curtis Leschyshyn m’a même fait même un « high five » en passant à côté de moi!

Puis, la séance de signature a débutée et il fallait se frayer un chemin au travers des files d’attente interminables. L’agent de sécurité est revenu et nous a dit : « Suivez-moi! » Il m’a fait passer derrière la table des joueurs de manière à ce que je puisses aller cogner sur l’épaule de chacun d’entre-eux pour avoir leur autographe. Ça reste mon plus beau souvenir des Nordiques, de pouvoir tous les rencontrer un à un!

Lorsque je suis arrivé à côté de Joe Sakic, les flashs se sont mis à fuser de partout. Le lendemain, le journal Le Soleil a même publié cette photo en une du cahier des sports : 

JoeSakicEtMoi

En lisant l’article qui témoignait des interminables files d’attente pour obtenir un autographe, on apprenait que les plus chanceux étaient repartis avec quatre ou cinq signatures seulement. Et moi? Je suis probablement le seul à être reparti avec les autographes de tous les joueurs réguliers de la dernière édition des Nordiques de Québec, y compris les entraineurs : Marc Crawford et ses adjoints, des certains Jacques Martin et Joel Quenneville. Bref, cette soirée reste un de mes plus beaux souvenirs d’enfance!

AutographesFINAL

Pas la peine de me faire une offre, ce cadre n’est pas à vendre!