Petites histoires de calendrier

par mcordey

Le mois de février arrive à grands pas et j’ai toujours un petit pincement au coeur, car c’est le mois de l’année qui coûte le plus cher. Pas seulement pour moi! On se fait tous un peu arnaquer à chaque deuxième mois de l’année parce que le prix de toutes nos mensualités reste le même alors qu’on en profite deux ou trois jours de moins. Que ce soit le loyer, le câble, le téléphone, l’internet, le journal, etc.

Pour être franc, je suis pas mal certain que le Pape Grégoire XIII se foutait un peu du prix mensuel de mon abonnement à vidéotron quand il a instauré le calendrier grégorien au XVIe siècle. Mais à quoi ressemblerait un calendrier qui aurait de l’allure pour nous en 2015?

J’ai jamais été très bon en maths, mais je me suis quand même penché sur la question pour imaginer un nouveau système de dates qui viendrait régler le problème du mois de février. Pour la forme, on va appeler ça le calendrier Cordeyien.

Afin de respecter l’idée d’avoir des années de 365 jours, le calendrier Cordeyien serait constitué de six mois : cinq mois de 61 jours et un mois de 60 jours. Les années bissextiles auraient très exactement six mois de 61 jours. Fini le maudit truc des jointures dont on se souvient jamais pour essayer de savoir si c’est un mois de 30 ou 31 jours qu’on va avoir dans six mois.

Au Québec, nos saisons s’appelleraient le printemps, l’été, l’automne, le début de l’hiver, l’hiver et l’ostie d’hiver qui finit pu.

Pour le fun, je me suis amusé à savoir quelle serait ma date de fête dans le calendrier Cordeyien en prenant pour acquis que le mois de 60 jours serait l’hiver et qu’il commencerait le 1er janvier actuel. Je serais né le 15 du cinquième mois, l’automne, au lieu du 15 septembre. Un sacrifice que je serais bien prêt à accepter si ça peut faire disparaître le seul mois de 28 jours qui vient fucker le système.

Malheureusement, j’ai bien peur ce que ne soit pas demain la veille qu’on adopte le calendrier Cordeyien pour sauver deux jours de facturation au mois de février. J’imagine déjà les manifestations d’astrologues qui s’insurgeraient contre l’idée de perdre leur système de prédiction de l’avenir en menaçant que les balances prennent du poids, que les cancers meurent tous d’un seul coup, que vierges perdent leur virginité, et que le groupe Scorpions revienne en force.

Ça, c’est sans compter les coûts que ça engendrerait de transposer les dates de fêtes de tout le monde afin de créer des nouveaux documents officiels comme des passeports et des permis de conduire.

Bon… C’est peut-être un peu trop de trouble pour pas grand chose dans le fond. Tant pis. On se fera avoir le mois prochain… Tout ça à cause d’un Pape qui a pas pensé à nos forfaits de iPhone y’a 500 ans. 

Advertisements