Ma vitre est un jardin de %(?*#@)@*%

par mcordey

Si je vous demande où aller pour faire du ski, vous allez me répondre quoi? Les Rocheuses? Les Alpes? Si je vous demande où vous allez aller pour boire du vin? La France? L’Italie? Si je vous demande où vous allez vous bourrer la face dans une cabane à sucre en dansant autour d’une bouteille de caribou avec une ceinture fléchée pendant que Martin Picard joue dans une pub de char? Ben oui, on fait ça au Québec!

Où est-ce que je veux en venir? C’est simple! On a tous une spécialité. Individuellement, collectivement. Mes champs d’expertise à moi, c’est la réalisation, le montage, chialer contre Pierre Houde à RDS, écrire des niaiseries sur un blogue, et faire des wheelies en chaise roulante avec une bière entre les jambes. (Allo maman!) Demandez-moi pas de courir un marathon ou de construire une cabane à oiseaux, ça ira pas bien…

OK, mais où est-ce que je veux vraiment en venir?

C’est simple. À chaque année, le 2 janvier, on apprend en grande primeur tel un scandale de finances publiques que nos budgets de déneigements ont été écoulés et qu’on va devoir vivre dans la marde blanche jusqu’à ce que le printemps décide de sortir la marmotte de son trou.

Ce que je comprends pas, c’est que depuis que le Québec a des Québécois, on habite dans la marde blanche six mois par année. Voulez-vous bien m’expliquer de quessé que comment du pourquoi qu’on a pas réussi à devenir des sortes d’experts en matière… euh… d’hiver? Des pionniers? Des modèles? C’est pas comme si c’était exceptionnel, on « deal » avec les (insérez un mot d’église de votre choix ici) de flocons à chaque maudite année…

Je peux pas croire que nos élus arrivent pas à équilibrer leurs budgets en conséquence….

Je peux pas croire qu’on est pas capable d’avoir assez de main d’oeuvre pour se débarrasser de la neige à la seconde qu’elle touche le sol…

Je peux pas croire qu’on a réussi à créer dix-huit milliards de jeux Assassin’s Creed, mais qu’on a pas encore inventé le maudit trottoir chauffant….

Je peux pas croire qu’on passe la moitié de notre année à se dire « je peux pas croire qu’on a pas évolué par rapport à l’hiver » et qu’au final, on fait rien.

Le québécois est très fort pour investir dans son chalet dans le nord juste pour être certain qu’il va avoir un pédaleau, trois kayaks, huit quatre roues et 125 sacs de guimauves à faire griller sur le feu lors des trois fins de semaines de beau temps qu’il va avoir pendant son été. Mais à part acheter des pneus d’hivers et prendre un abonnement à Tremblant, on fait quoi pour se faciliter la vie et diminuer le stock social de sacres consommés lors de matins de déneigements et de fouilles pognées sur des plaques de glaces?

Aujourd’hui, c’était notre première neige. J’ai failli me planter quatre fois en chaise roulante sur les trottoirs de l’avenue Mont-Royal entre St-Laurent et St-Denis en revenant de la job. C’est juste une question de temps avant que je plante. Mais qu’est-ce que j’en sais? On a absolument aucune raison d’être des spécialistes en hiver! Après tout, c’est pas comme si on vivait ça six mois par année…

Advertisements