Une journée de marde

par mcordey

La semaine dernière à 125 Marie-Anne, Michel Drucker demande à Lisa LeBlanc au sujet de sa chanson Ma vie c’est de la marde :

– Comment elle est née cette chanson?

– Ben, c’était une journée de marde!

Comme on en a tous. Individuellement et collectivement. 

Qu’est-ce que tu veux écrire quand d’un bord, un avion se fait abattre avec 295 personnes à bord au-dessus de l’Ukraine, et que de l’autre, Israël envahit Gaza à coups de bulldozer contre de la petite gravelle?

Aujourd’hui, je vais garder mes blagues pour plus tard. J’avais 2-3 autres textes presque prêts à être publiés, mais je vais attendre un peu. L’humanité passe vraiment trop une journée de marde.

Je vous laisse sur une courte anecdote. 

Demandez-moi pas pour qui ni comment j’en suis arrivé à faire ça, mais par le passé, on m’a déjà demandé de remonter un reportage dans lequel il était question du viol et du meurtre de jeunes filles en Inde pour rendre le reportage mieux adapté à une recette et au contexte de diffusion. Bref, je devais essayer de le rendre meilleur.

Je comprends qu’on a tous un travail à faire et j’ai énormément de respect pour les journalistes qui font ce métier-là, mais au moment de faire ça, mon détachement personnel a atteint ma limite de sensationnalisme et soudainement, j’avais comme pu le goût… Une autre journée de marde, quoi. Croyez-moi, j’ai pas fait ça longtemps. 

Demain, je nous souhaite quand même deux trois bonnes nouvelles. Il me semble qu’on est dus, non?

Advertisements