Mes 10 règles de scénariste

par mcordey

Si vous fouillez un peu, vous aller constater qu’il existe pas mal d’articles du genre sur internet. Je vous présente donc aujourd’hui mes 10 règles de scénariste. Certaines viennent de moi, plusieurs autres sont de conseillers à la scénarisation avec qui j’ai travaillé par le passé.

Il y en aurait certainement plusieurs autres à ajouter, mais dans l’ensemble du buffet des règles d’écriture, j’ai décidé de d’abord remplir mon assiette de scénariste de celles-ci :

  1. Commencer l’écriture d’un scénario par la scène qui donne le goût d’écrire cette histoire, et non pas par le début. C’est généralement la scène qui sera le coeur du film.
  2. Faire vivre les actions le plus possible avant de faire dire les choses par les personnages.
  3. Dans le même ordre d’idée, deux personnages qui parlent d’un troisième personnage absent constitue un raccourci narratif à éviter, car c’est souvent un prétexte pour « dire » plutôt que « montrer ».
  4. Ne jamais donner dans le scénario une information au lecteur que le spectateur n’aura pas en regardant le film. Par extension, éliminer toute forme d’intention ou d’information qui n’est pas visible à l’écran, et garder un style d’écriture froid et simple qui se concentre sur les verbes d’actions.
  5. Les scènes où les personnages disent réellement ce qu’ils pensent constituent les moins fortes dramatiquement parlant.
  6. Filtrer le plus possible toutes les informations superflues prononcées par les personnages dans leurs dialogues, car ce sont majoritairement des informations qui sont destinées aux spectateurs et qui gagnent à être communiquées visuellement.
  7. Dans le même ordre d’idées, éviter les formules de dialogues qui commencent par « Tu sais que… ». S’il ou elle sait que, c’est que l’autre n’a pas besoin de le lui rappeler.
  8. Quand quelqu’un commente le scénario, apprendre à faire la distinction entre une opinion, une critique, et quelqu’un qui dit simplement ce qu’il aurait fait si c’est lui qui l’avait écrit.
  9. Toute forme d’écriture, peu importe le genre, se résume à ceci : « quand est-ce que je dévoile quoi, et de quelle manière? » C’est la réponse à ces questions qui déterminera le style et le genre. C’est tout aussi vrai pour toutes les autres formes d’écriture : la réalisation, le montage, la musique, etc.
  10. Toute règle peut être transgressée si c’est pour être au service de l’histoire.
Advertisements