La nationalisation du vice

par mcordey

Loto-Québec vient de publier ses pires résultats depuis longtemps. On apprendra sûrement prochainement que le gouvernement abolit les programmes pour prévenir le jeu compulsif.

Au Québec, le gouvernement gère l’alcool et les jeux et ça rapporte beaucoup d’argent. La SAQ nous encourage littéralement à boire en faisant la promotion de ses produits à la télévision. Et lorsque vous vous tuez à petit coup d’une cigarette (je m’exclue, car je ne fume pas), une redevance va directement dans les coffres de l’état.

À priori, ce n’est pas une mauvaise idée! Merci pour les impôts en baisse, car plus nous vivons dans le vice, moins nous en redonnons collectivement avec notre rapport d’impôt. Une mesure largement à l’avantage des gens qui vivent une vie impeccable.

Mais rendu là, pourquoi ne pas pousser l’idée jusqu’au bout? Après tout, on a prouvé que la prohibition ne fonctionne pas et il paraît plus qu’évident qu’il y aura toujours une offre là où il y a de la demande. Pourquoi ne pas nationaliser les prostituées, les bars de danseuses, les drogues douces et les dures? Pourquoi ne pas nationaliser aussi les armes à feu tant qu’à y être?

Si un loisir est nuisible pour la santé, autant en faire profiter les autres en baissant leurs impôts! Je suis bien prêt à me tuer à petit feux, mais j’aimerais encore mieux le faire en aidant mon prochain… Nationalisons le vice! Même un gouvernement conservateur y trouverait son profit.

Advertisements